CfP: (Post)Colonial Francophone Archives: Commemoration, Preservation, and Erasure | Les archives (post)coloniales francophones: commémoration, préservation et censure

Date
31 May 2022, 11.00pm - 11.05pm
Type
Call for Papers
Description


Society for Francophone Postcolonial Studies in association with Liverpool University Press

CfP deadline: 31 May 2022

Conference dates: Friday 18th & Saturday 19th November 2022

Colonial archives often reflect the biases and interests of their creators - powerful individuals, and the imperial state. They are sites of complicated and contested meanings, with many collections existing directly or indirectly as a result of colonisation. Rather than ‘objective’, trustworthy repositories of historical records, archives often assemble the voices of the privileged few. Those with authority over an archive can determine what is documented, remembered, and what is forgotten. They appraise what is worthy of preservation, how collections are organised, catalogued, used, and interpreted. Although people see archives as holding valuable public knowledge, consulting them is not a straightforward process, as acquisition and access are often limited. While some archives can be consulted with prior permission, many ‘sensitive’ or highly confidential documents are subject to limited access or are completely restricted. For these reasons, archives can advertently and inadvertently become sites of concealment and suppression.

In the case of France, the debate over the use of archives, accessibility and declassification hit fever pitch on 15 January 2020, when the secretary-general of Defence and National Security, Claire Landais, imposed a new policy stating that every document from 1940 to 1970 classified as ‘secret’ or ‘top secret’ – even those more than 50 years old – must be formally declassified by the agency that had produced it before it can be communicated to the public. This decision has had profound consequences for access to and use of archival materials related to, inter alia, military divisions of World War II (1940-1945), the First Indochina War (1940-1956), and the Algerian War of Independence (1940-1964). The implementation of this measure has caused widespread opposition in France and around the world, as researchers are now required to make a prior reservation and obtain permission from the Defence Historical Service (DHS) to consult historical documents. More than a year later, in March 2021, Emmanuel Macron announced that he would speed up declassification of archives more than 50 years old, a move that will allegedly help France come to terms with its colonial past. The ramifications of this announcement are yet to be realised and the question of unrestricted archival access remains uncertain. 

This conference, which will be held on the 18-19 November 2022, seeks to explore contemporary and historical debates surrounding Francophone colonial archives. We welcome theoretical and critical reflections (papers or panels) on archives in Francophone Postcolonial Studies,* including but not limited to the following topics and questions:

1. Archives & Public Memory Production: What is the role of archives in constructing social memory and dominant historical narratives? Can museums or libraries replace archives?  
2. Reading Archives: How does researcher positionality influence archival interpretation and selection? How have new ways of thinking about the past challenged more traditional views of ‘the archive’?
3. Archival Access: Who gets to access archives? What are the barriers to access? Do digital archives have a role in facilitating archival access? 
4. Censorship/Erasure in Archives: Why do archive files from the colonial past keep going missing? What can researchers do to mediate lost or hidden material? What can we learn from ‘silences’ in the colonial archive?

5. The Politicisation of Archives: How have archives around the Francophone world been constructed, manipulated, or politicised? In what ways have archives been used to legitimise (or delegitimize) political systems?
6. Decolonising Archives: Is it possible to decolonise archive sources? What are the possibilities of using various ‘anti-colonial’ archives? What can a critical praxis of decolonisation of the archive look like?
7. ‘Alternative’ Archives: In what ways can ‘alternative’ archives (e.g. literature, cultural art works, oral histories, newspapers, paintings, postcards, intangible heritage, etc.) challenge dominant archived histories? Does the concealment of colonial archives present an opportunity for ‘alternative’ archives to construct new historical narratives?
8. Repatriating Archives: Should colonial archives be returned home? Why has it taken so long to consider the repatriation of historical documents?  

Please send abstracts, in English or French of 200 to 250 words as well as a short biography of no more than 100 words to Sara Mechkarini and Dega Sian Rutherford (SFPSconference2022@gmail.com). 

This year’s conference will be held in person, however we are hoping to enable Associate Members who are unable to travel to present online. 

The deadline for submission of abstracts is 31 May 2022

*Please note that while the focus of this conference is the Francophone colonial world, we also welcome papers that explore the key themes from a comparative perspective


LA SOCIETE DES ETUDES POSTCOLONIALES FRANCOPHONES En collaboration avec Liverpool University Press

Appel à Contribution: Les archives (post)coloniales francophones: commémoration, préservation et censure

Conférence: Vendredi 18 et samedi 19 novembre 2022

Les archives coloniales sont souvent le reflet des préjugés et des intérêts de ceux qui les ont créées: des individus puissants, des collectionneurs, et l'État impérial. Elles sont des lieux de savoir complexes et controversés puisque l’existence de nombreuses collections est le résultat direct ou indirect de la colonisation. Loin d'être des répertoires « objectifs » et fiables des événements historiques, les archives sont souvent l'agrégat des voix de quelques individus privilégiés. Les individus dont l’autorité s’étend sur les archives ont le pouvoir de déterminer les événements à répertorier, ceux à commémorer et ceux à ignorer. Ils sont les juges de ce qui a le mérite d'être préservé, de comment les collections sont organisées, cataloguées, utilisées et interprétées. Quoi qu'aux yeux du public les archives contiennent un important savoir public, leur consultation n'est pas un processus sans entraves car les droits d'accès y sont souvent limités. Bien que l'on puisse consulter certaines archives en obtenant une permission préalable, la plupart des documents « sensibles » ou hautement confidentiels n'admettent qu'un accès limité ou sont complètement scellés. Ainsi, les archives peuvent, à dessein ou involontairement, devenir des lieux de dissimulation ou de suppression.

Dans le cas de la France, le débat sur l'utilisation, l'accessibilité et la déclassification des archives a atteint son point culminant le 15 janvier 2020 lorsque la secrétaire générale de la défense et de la sécurité nationale, Claire Landais, a instauré une nouvelle politique selon laquelle tout document classifié « secret » ou « top secret » entre 1940 et 1970 doit être formellement déclassifié par l'agence qui l'a produit avant qu'il ne soit communiqué au public. Cette décision a des conséquences profondes sur l'accès et l'utilisation des archives ayant trait à, entre autres, les divisions militaires pendant la deuxième guerre mondiale (1940-1945), la première guerre d'Indochine (1940-1956), la guerre d'indépendance d'Algérie (1940-1964). La mise en place de cette mesure, qui oblige désormais les chercheurs à faire une réservation et obtenir une autorisation au préalable auprès du Service Historique de la Défense, a été largement décriée en France et à travers le monde. Plus d'un an plus tard, en mars 2021, Emmanuel Macron a annoncé qu'il accélérerait la déclassification des archives de plus de 50 ans, une action qui devrait aider la France à assumer son passé colonial. Les ramifications de cette annonce sont encore à venir et la question de l'accès sans entraves aux archives demeure incertaine.

Cette conférence, qui aura lieu les 18 et 19 novembre 2022, vise à explorer les débats contemporains et historiques entourant les archives coloniales francophones. Nous accueillons avec plaisir les réflexions théoriques et critiques sur la question des archives en lien avec les études francophones ainsi que les propositions d’interventions ou de panels sur des sujets* tels que les suivants:

1. Les archives et la production de la mémoire publique: quels rôles les archives jouent-elles dans la construction de la mémoire sociale et des discours historiques hégémoniques? Les musées et bibliothèques peuvent-ils remplacer les archives?
2. La lecture des archives: dans quelles mesures la subjectivité des chercheur.se.s influence-t- elle leur sélection et interprétation des archives?
3. L'accès aux archives: qui a accès aux archives? Qu'est-ce qui en entrave l'accès? Quels rôles les archives digitales peuvent-elles jouer dans la facilitation de l'accès aux archives?
4. La censure/l'affichage des archives: qu'est-ce qui explique la disparition récurrente des archives ayant trait au passé colonial? Quels recours les chercheur.se.s peuvent-ils/elles adopter pour atténuer la perte ou la dissimulation des ressources? Quels enseignements tirer des « silences » dans les archives coloniales?
5. La politisation des archives: comment les archives dans le monde francophone ont-elles été construites, manipulées ou politisées? Comment les archives ont-elles été utilisées pour légitimer (ou délégitimer) des systèmes politiques?
6. La décolonisation des archives: la décolonisation des archives est-elle possible? Quelles possibilités l'utilisation de certaines archives « anti-coloniales » offrent-elles?
7. Les archives alternatives: dans quelles mesures les archives « alternatives » (tels que la littérature, les œuvres d'art culturelles, les histoires orales, la presse, les tableaux, les cartes postales, l'héritage intangible, etc.) peuvent-elles contester les histoires hégémoniques archivées? La dissimulation des archives coloniales offre-t-elle une opportunité de construction de discours historiques nouveaux par le biais des archives « alternatives »?
8. Le rapatriement des archives: les archives coloniales doivent-elles être rapatriées dans leur pays d'origine? Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour envisager le rapatriement des documents historiques?

Veuillez soumettre vos propositions de communication, entre 200 et 250 mots en anglais ou en français, ainsi qu'une petite note biographique de 100 mots à Sara Mechkarini et Dega Sian Rutherford (SFPSconference2022@gmail.com).

La conférence de cette année se tiendra en personne, mais nous espérons permettre aux membres associés qui ne peuvent pas voyager de présenter en ligne.

La date butoir pour soumettre vos propositions est le 31 mai 2022

*Veuillez noter que bien que cette conférence se focalise sur le monde francophone, nous acceptons volontiers toute proposition qui aborde les thématiques clés avec une approche comparative.

Contact

Sara Mechkarini and Dega Sian Rutherford
SFPSconference2022@gmail.com
.